Lubrifiant pour femme

Une femme sur trois souffre de sècheresse vaginale au cours de sa vie. Dans ce cas, les relations sexuelles s’accompagnent alors souvent de douleurs. Par pudeur, de nombreuses femmes nient ce problème et continuent à souffrir en silence. Alors que, chez les hommes, les troubles sexuels connaissent souvent une cause organique, chez les femmes, de nombreux facteurs peuvent contribuer à une humidité insuffisante au niveau du vagin. Quelles qu’en soient la raison, il en résulte une production insuffisante de sécrétions vaginales.

Lorsque tout est en ordre, le vagin est bien irrigué et, par conséquent, la production de liquide suffisante. Pour les dysfonctionnements corporels ou psychiques décrits ci-après, vous n’avez aucune raison d’être fataliste : le manque d’humidité se laisse très facilement pallier avec un lubrifiant, comme AQUAglide ou BIOglide. Les lubrifiants redonnent aux muqueuses délicates leur caractère humide et élastique pour permettre aux femmes concernées de continuer à vivre pleinement leur sexualité.

Les facteurs biologiques

Les variations hormonales Elles constituent la première cause de sècheresse vaginale. Le beau sexe est régulièrement exposé à des variations hormonales. Le vagin est moins bien irrigué et la muqueuse s’affine. La vulnérabilité de la membrane augmente ce qui peut donner lieu à de légères fissures qui peuvent à leur tour engendrer des infections. En plus de la sècheresse vaginale qui peut se caractériser par des démangeaisons et des sensations de brûlures, on remarque aussi un manque d’humidité au moment des rapports sexuels.

La ménopause Avec la ménopause, les hormones sont chamboulées. Elle marque pour la majorité des femmes le début d’un changement corporel. Des bouffées de chaleur ou une transpiration abondante peuvent freiner l’envie de contact. Le plus grand problème que rencontrent cependant les femmes en vieillissant est la baisse de la production de sécrétions vaginales. Leur taux d’œstrogène baissant, cette dernière est moins bien irriguée et moins bien alimentée en nutriments. La sécrétion vaginale change et ne peut plus être produite aussi abondamment qu’avant. Dans la plupart des cas, les relations sexuelles s’accompagnent alors de douleurs. Mais chaque femme devrait pouvoir savourer pleinement son deuxième printemps ! Un lubrifiant leur permet de retrouver une vie sexuelle insouciante.

Une femme sur trois environ souffre de sècheresse vaginale au moment de la ménopause.

Grossesse, parentalité, allaitement Des variations dans le système hormonal féminin surviennent aussi au moment de la grossesse et de l’allaitement. Mais certaines femmes, en plus de subir ces variations hormonales, luttent également avec des peurs : une relation sexuelle ne peut-elle pas contribuer à véhiculer des germes ? Un orgasme ne peut-il pas déclencher des contractions ? Faire l’amour pendant la grossesse peut-il mener à une fausse couche ? Et même si ces peurs ne sont absolument pas fondées, elles peuvent provoquer de véritables blocages psychologiques chez les femmes ! Ces craintes peuvent aussi engendrer une sècheresse vaginale et des douleurs pendant les rapports, ce qui parallèlement va contribuer à renforcer encore ce blocage.

Les affections

Le diabète: Le diabète (diabetes mellitus) qui se caractérise par un niveau d’insuline élevé, qui agit de manière néfaste sur différentes parties du corps telles que les nerfs et les vaisseaux sanguins, peut avoir une incidence de taille sur la sexualité. La lubrification du vagin peut être ralentie ou même diminuée de manière générale. Certains médicaments contre le diabète ont de plus tendance à baisser la libido des personnes sous traitement.

L’hypertension: À long terme, si elle est mal soignée, l’hypertension peut avoir un effet préjudiciable sur les vaisseaux sanguins. Et les vaisseaux responsables de l’humidification du vagin sont également concernés. La subtile harmonie permettant l’humidification est détruite. Il en résulte la sécheresse vaginale. De plus, certains traitements contre l’hypertension peuvent provoquer un désintérêt sexuel ou fortement diminuer leur capacité d’excitation.

La sclérose en plaques: Cette maladie chronique affecte provoque des inflammations des structures nerveuses. Au stade plus avancé de la maladie, on peut aussi constater des dysfonctionnements au niveau des fonctions génitales. La sècheresse vaginale fait malheureusement aussi partie de ces symptômes.

L’endométriose: Il s’agit d’une affection gynécologique caractérisée par la présence de fragments de muqueuse utérine en dehors de leur localisation normale, par exemple sur les ovaires. La sècheresse utérine peut être un des effets secondaires de cette maladie.

Les effets secondaires d’un traitement contre le cancer: Chez les femmes, un traitement contre le cancer du sein peut brusquement déclencher la ménopause. La sècheresse vaginale est alors un effet secondaire possible.

Les médicaments/ les moyens de contraception La prise de certains médicaments et de contraceptifs hormonaux (contenant par ex. des gestagènes) peut favoriser une sécheresse vaginale. Les traitements contre l’hypertension, les calmants, les neuroleptiques et les antidépresseurs sont connus pour diminuer la libido.

Les facteurs psychologiques individuels

Le stress Il n’est pas rare que les petits tracas du quotidien aient raison de notre libido. Environ 60 pour cent des femmes et des hommes pensent que le stress professionnel a un impact négatif sur leur vie sexuelle. Trop de stress tue le désir, selon un sondage représentatif FOCUS. Une personne stressée sur trois voit généralement son désir disparaître : 46 pour cent des sondés entre 35 et 45 ans affirment qu’il peut arriver que stress leur fasse passer l’envie de tendresse.

Les managers stressés rencontrant des difficultés à gérer les contraintes quotidiennes mènent une sexualité sensiblement moins accomplie (35,5 %) que leurs collègues moins submergés par le travail (seulement 7,2 %). Voilà les résultats d’une étude de l’institut geva de Munich, commandée par FOCUS. 2112 managers ont répondu à cette étude.

Et les femmes carriéristes ressentent même cet effet deux fois plus fortement que celles ne travaillent qu’à temps partiel ou pas du tout. C’est ce qu’a montré une étude menée sur 218 femmes en traitement au Masters and Johnson Institute de St. Louis, un institut fondé pour améliorer la sexualité des couples.

La nervosité Comme le désir de la femme passe aussi par la tête, les problèmes psychiques peuvent aussi avoir un impact sur la lubrification du vagin. Des peurs ou la nervosité peuvent aussi causer la sécheresse vaginale. La lubrification du vagin peut aussi en pâtir lorsque la femme ne se sent pas à l’aise sexuellement parlant. Cela peut parfois être la conséquence d’un traumatisme tel qu’une agression sexuelle ou une sexualité fortement tabouisée.

Les problèmes de couple Les couples qui se côtoient depuis de longues années sont plus particulièrement touchés par la baisse de désir. Et les causes sont multiples. La routine prend le dessus. Les partenaires n’ont plus de secrets l’un pour l’autre et les relations sexuelles deviennent bien trop souvent plus des obligations qu’un réel moment de complicité à deux.

Beaucoup de personnes ont une confiance infinie en leur partenaire et ne voient pas l’utilité de faire des efforts. Il en résulte un manque de stimulation. De plus, les nombreuses disputes peuvent également freiner le désir à long terme. Les problèmes au lit, surtout lorsqu’ils restent tus, sont une des causes de la baisse de libido et par conséquence de sècheresse vaginale.

Une éducation sexuelle tabouisée Lors des relations sexuelles, certaines personnes concernées ressentent de la culpabilité due à une éducation ou une croyance qui leur a inculqué que la sexualité était quelque chose de « sale » ou « d’interdit ».

Parfois, les causes sont encore plus graves, notamment lorsque le traumatisme a été causé par un viol par exemple.

Le manque de confiance en soi La sècheresse vaginale peut être causée par une multitude de facteurs psychiques : les femmes qui ne s’acceptent pas et n’acceptent pas leur corps ressentent un fort sentiment de honte et ne parviennent pas à se laisser aller (ce qui peut provoquer des douleurs dues à des crispations, et souvent le problème empire). Parfois elles vont jusqu’à refuser catégoriquement toute relation sexuelle, parce qu’elles ne se sentent pas attirantes.

Les facteurs liés au mode de vie

L’alcool et la nicotine Ces denrées de luxe nocives agissent elles aussi sur les vaisseaux sanguins. Leur consommation avoir une répercussion sur l’humidité du vagin.

Une hygiène intime exagérée La flore vaginale est naturellement dotée du bon équilibre. Les savons classiques ne sont pas adaptés à cette partie du corps. Chez certaines femmes une hygiène intime trop exagérée peut mener à un assèchement du vagin. De l’eau claire ou une lotion douce au ph neutre sont bien plus adaptées pour laver la partie extérieure de leurs parties génitales.